image a? la une CBG 2 comp

Quelles sont les différences entre le CBG et le CBD ?

Aujourd’hui, il est rare de rencontrer quelqu’un qui n’a encore jamais entendu parler du CBD, cette molécule issue du chanvre devenue très populaire et la plus prisée de toute mais le CBG est, quant à lui, encore peu connu du publique. Pourtant, toutes deux sont des cannabinoïdes non toxiques aux multiples vertus et susceptibles d’intéresser toute les personnes en quête d’options naturelles pour le bien être au quotidien. Si on remarque qu’ils se distinguent l’un de l’autre grâce à quelques différences subtiles, notamment au niveau de leur structure et de leurs effets, on peut aussi se rendre compte que le CBG et le CBD produisent des effets positifs similaires sur l’organisme et qu’il peut être très intéressant de les associer.

Qu’est-ce que le CBG ? 

Le CBG, autrement appelé « cannabigérol », est l’un des nombreux composés cannabinoïdes du plant de cannabis. Il est même considéré comme la mère de tous les cannibinoïdes puisque sans lui, ni le THC, ni le CBD, n’existeraient. En effet, le cannabigérol est le tout premier cannabinoïde produit par le chanvre durant sa phase de plantule où les enzymes et acides végétaux qu’il contient, réagissent entre eux pour créer le CBGa. Ce n’est que plus tard, que le CBGa devient CBG via un processus chimique de décarboxylation. De cette manière, la quasi totalité du CBGa présent dans un plant de chanvre se transforme en THC et en cannabidiol. 

Cette molécule présente naturellement dans le chanvre n’est pas psychoactive. Isolée pour la première fois en 1964, elle a permis la compréhension du mode de fonctionnement du cannabis au travers d’études sur ses applications et ses effets, menées depuis plusieurs années. Si le CBG est vu comme les prémisses de tout c’est parce que lorsque sa forme acide, le CBGa, grandit et mûrit, elle se sépare ensuite en trois autres acides cannabinoïdes primaires : le CBDa (acide cannabidiolique), le CBCa (acide cannabochromène) et le THCa (tétrahydrocannabinol).

 

Les effets et bienfaits du CBG 

Une fois consommé, le CBG interagit avec notre système endocannabinoïde (SEC) en activant partiellement les récepteurs CB1 et CB2, répartis dans tout le corps humain. Selon une étude de l’université de Reading au Royaume-Uni, il aurait donc, tout comme le CBD, une incidence sur l’humeur, le sommeil ainsi que l’appétit et pourrait également stimuler les récepteurs responsables de la douleur et de la sensibilité à la chaleur.

Une autre étude menée en Italie en 2013, au sein de la Faculté de Pharmacie de l’Université de Naples Federico II, a mis en évidence la capacité de la molécule à lutter contre les inflammations du tube digestif. Les expériences effectuées dans ce cas précis, ont démontré que les inflammations intestinales des rongeurs atteints de colite murine ont pu être drastiquement réduites et ce, sans effets secondaire, grâce au CBG. 

Par ailleurs, les experts scientifiques admettent l’action bénéfique du CBG sur diverses formes graves de cancers, en raison du phénomène d’apoptose qu’il favorise, tout en réduisant la prolifération des cellules cancéreuses, d’après des études précliniques. De plus, on prête des propriétés anti-tumorales au CBG depuis 1996, suite aux résultats concluants de tests in vitro sur un mélanome de souris. Entre temps, d’autres études in vitro ont démontré son action anti-tumorale dans le cadre d’un cancer du côlon ou du sein, par exemple. 

Le CBG agirait également contre le stress, la dépression et les mycoses, comme le soulignent les recherches menées par le Docteur Bonni Goldstein, spécialiste en cannabis thérapeutique. Le cannabigérol est donc une substance antibactérienne efficace dans le traitement des maladies cutanées. Enfin, en réduisant la pression intraoculaire il pourrait aussi aider à la guérison du glaucome. 

différence entre le CBG et CBD

Principales différences entre CBG et CBD 

·      Au niveau de leur structure moléculaire 

Le CBGa est le composé précurseur de la centaine de cannabinoïdes présents dans la plante. Même si le CBG et le CBD proviennent de voies chimiques similaires, ils se différencient par leur structure moléculaire qui se lie aux récepteurs d’une manière différente pour chacun d’entre eux et affectent ensuite le corps humain à leur manière. C’est leur structure chimique qui détermine la biodisponibilité d’un cannabinoïde ainsi que sa solubilité dans l’eau. 

·      Au niveau de la pharmacologie et de leurs interactions avec le SEC 

En comparant les effets du CBG et du CBD sur le récepteur de la sérotonine 5-HT1A, dans une étude de 2011 publiée dans la revue Psychopharmacology, on a pu observer que l’affinité du CBG pour le récepteur lui permettait d’exercer ses propriétés anti-nausées afin d’agir comme un activateur, alors que le CBD se comportait davantage comme un bloqueur ou un antagoniste. 

Là où le CBG intéragit avec les récepteurs CB1 et CB2, le CBD, agit en influençant le système endocannabinoïde dans son ensemble. Contrairement au CBD qui n’a qu’une affinité pour le CB2, le CBG possède un plus grand degré d’affinité à la fois pour le CB1 (contenu en abondance dans le cerveau) ainsi que pour le CB2 (surtout situé dans le système immunitaire) et se lie à des récepteurs spécifiques. 

Par conséquent, les deux composés se lient au même endroit mais leurs interactions avec le récepteur 5-HT1A sont opposées. D’ailleurs, les résultats de cette même étude révèlent que le cannabigérol bloque les effets antiémétiques du cannabidiol.

·      Au niveau de leur concentration dans les plants de chanvre 

La CBG est beaucoup plus difficile à isoler que le CBD puisqu’il ne représente qu’une infime parie du poids sec du chanvre. On pourra retrouver environ 1 % de CBG dans le chanvre final alors qu’on estime qu’un plant de chanvre mature contient approximativement 10 % de CBD.

D’autre part, isoler le chanvre est non seulement complexe mais aussi coûteux car il nécessite un équipement à la pointe de la technologie pour être extrait correctement, en plus de connaissances spécialisées en la matière. 

·      Au niveau de la stimulation de l’appétit 

Des études sur des rongeurs ont révélé que le CBG ouvrait l’appétit de certains sujets, les encourageant à manger le double de leur apport habituel quand il ne provoquait aucun changement chez d’autres. À l’inverse, le CBD a eu tendance à significativement réduire l’apport alimentaire total.

Qu’en est-il de l’association du CBG et du CBD ?  

Si vous vous demander si associer le CBG et le CBD est une bonne idée, la réponse est oui !  En les utilisant conjointement, vous bénéficierez de ce que l’on appelle « l’effet d’entourage ». C’est une incroyable synergie de tous les composés du cannabis qui, en jouant chacun leur rôle, vont en maximiser les bienfaits. En utilisant un seul cannabinoïde à la fois, il interagira de manière positive avec l’organisme mais à plusieurs, les avantages se multiplieront. Ensemble, ils sont plus forts et fonctionnent encore mieux que lorsqu’ils sont pris de façon isolée. 

Le CBG et le CBD pris ensemble s’équilibrent. Pendant que le cannabigérol agit directement sur les récepteurs, le cannabidiol vient stimuler l’enzyme en charge de produire les endocannabinoïdes. L’effet relaxant et calmant du CBG est parfaitement contrebalancé par l’effet dynamisant du CBD et inversement. La plupart du temps, il est reconnu que le CBG est plus efficace pour tout ce qui touche à la détresse neurologique et mentale, comme la dépression, alors que le CBD est plus indiqué pour les signes de détresse corporelle. 

Néanmoins, il faut garder à l’esprit que nous sommes tous différents, c’est pourquoi certaines personnes réagissent mieux au CBG alors que d’autres ont plus de résultats avec le CBD. Par conséquent, les prendre en synergie est un des meilleurs moyens pour être sûr de profiter pleinement des deux et de savoir ce qui vous convient le mieux.

Produit ajouté à votre panier !
Quantité
Poursuivre ses achats
Mon Panier
Il y a 0 produits dans votre panier Il y a 1 produit dans votre panier
Total produits :