iStock-1425251340

Interaction du CBD avec les anticoagulants

Les personnes qui souffrent de troubles de l’hémostase et qui prennent régulièrement des anticoagulants ne doivent pas consommer de CBD sans consulter leur médecin traitant. En effet, des études scientifiques récentes expliquent que le CBD pourrait ralentir la coagulation, ce qui en fait une molécule intéressante pour les patients qui souffrent de troubles « hypercoagulables », d’hypertension et de diabète de type 2. Explication…

Le CBD et les troubles de l’hémostase

Le cannabidiol (CBD) suscite un engouement sans précédent dans la communauté scientifique depuis le milieu des années 2010. Il faut dire que l’enjeu est de taille. Le potentiel thérapeutique du cannabis a été mis en exergue par des dizaines d’études depuis le début du 20e siècle… sans jamais faire l’objet d’une utilisation extensive par les professionnels de santé pour des raisons évidentes : l’effet psychoactif, le risque d’addiction des patients traités au cannabis, l’éthique, etc.

Bien qu’elle soit extraite du chanvre, la molécule de CBD ne présente pas d’effet psychoactif. Elle représenterait donc une alternative viable pour permettre aux patients de profiter des effets apaisants, anti-inflammatoires et antalgiques du cannabis sans craindre l’addiction et l’effet planant. Rappelons ici les mots du comité scientifique de l’Organisation Mondiale de la Santé : « le CBD ne semble pas présenter de potentiel d’abus ou de nocivité pour la santé » (voire le communiqué ici).

Parmi les effets du CBD investigués par la science, on retrouve justement le soulagement de l’hypertension et la capacité à prévenir certaines pathologies cardiaques, notamment chez les patients souffrant de troubles de l’hémostase. Comme souvent avec les molécules « nouvelles », l’impact du CBD sur la coagulation du sang n’est pas bien compris, mais il est corroboré par de nombreuses observations empiriques.

cbd anticoagulant

Synthèse des études qui document l’effet anticoagulant du CBD

L’huile de CBD semble stimuler le système circulatoire en dilatant les vaisseaux sanguins, accélérant la circulation sanguine et prévenant l’apparition de caillots. Cette étude randomisée et en double aveugle réalisée en 2017 explique par exemple qu’une dose de 600 mg de CBD a réduit la pression artérielle de manière significative chez 9 participants en bonne santé, à la fois au repos et dans des situations stressantes. Bien entendu, la taille anecdotique de l’échantillon ne permet pas de généraliser cette conclusion.

« Ces données montrent que l’administration de CBD réduit la pression artérielle au repos et au stress, et ces changements hémodynamiques doivent être pris en compte chez les personnes prenant du CBD. Des recherches supplémentaires sont cependant nécessaires pour établir si le CBD a un rôle dans le traitement des troubles cardiovasculaires ».

Dans cette autre étude, les chercheurs ont mis en évidence un effet anticoagulant des principaux cannabinoïdes présents dans la variété de chanvre Cannabis L. Sativa, dont le CBD. Synthèse des résultats :

  •         In vitro, l’extrait de chanvre (THC, CBD et CBN) a réduit l’activité de la thrombine et inhibé la formation des caillots sanguins ;
  •         In vivo, les cannabinoïdes ont allongé le temps de coagulation de 150 à 200 % chez des rats, confirmant ainsi les résultats de l’étude in vitro.

Conclusion : « L’étude montre donc que la variété Cannabis L. Sativa présente une activité anticoagulante et peut être utile dans le traitement de maladies telles que le diabète de type 2 qui implique un état ‘hypercoaguable’ ».

Entendons-nous bien : si nous vous présentons ces études, ce n’est pas pour démontrer l’intérêt potentiel du CBD dans le traitement de ces pathologies. Seul un professionnel de santé compétent pourra se prononcer sur ce point, notamment dans le cadre de l’essai clinique en cours sous l’égide du ministère de la Santé. L’idée ici est de vous alerter sur la très probable interaction du CBD avec les médicaments anticoagulants. La prise d’anticoagulants, d’antiarythmiques, d’hormones thyroïdiennes et d’antiépileptiques est une contre-indication à la consommation de produits de CBD. Parlez-en à votre médecin traitant.

cbd anticoagulant

CBD et anticoagulants : les interactions selon les molécules

Pour conclure ce papier, nous vous proposons de passer en revue les interactions probables entre le CBD et certaines molécules que l’on retrouve usuellement dans les médicaments anticoagulants.

Tableau 1 - Synthèse des interactions possibles entre les CBD et les médicaments anticoagulants.

Type d’anticoagulant

Nom commercial

Effet secondaire courant

Interaction suspectée avec le CBD

Rivaroxaban

Xarelto

Saignement prolongé, ecchymoses qui se forment facilement, saignements du nez et des gencives.

Le rivaxoraban peut rester plus longtemps dans l’organisme, ce qui prolonge les effets secondaires.

Dabigatran

Pradaxa

Saignement prolongé, ecchymoses qui se forment facilement, saignements du nez et des gencives.

Aucune interaction connue.

Apixaban

Eliquis

Saignement prolongé, ecchymoses qui se forment facilement, saignements du nez et des gencives.

Il semblerait que le CBD prolonge la demi-vie de l’Apixaban.

Edoxaban

Lixiana

Saignement prolongé, ecchymoses qui se forment facilement, éruption cutanée, fonction rénale affaiblie, anémie.

Aucune interaction connue.

Warfarine

Coumadin, Jantoven

Ecchymoses importantes, saignements du nez et des gencives, saignement prolongé.

Il semblerait que le CBD prolonge la demi-vie de la Warfarine.

Héparine

Références variées

Saignement prolongé, ecchymoses qui se forment facilement, saignements du nez et des gencives, irritation cutanée, réaction allergique.

Aucune interaction connue.

 

Les produits que nous vous conseillons
Produit ajouté à votre panier !
Quantité
Total produits :
Frais de port :
Offerts
Total TTC :
Il y a 0 produits dans votre panier Il y a 1 produit dans votre panier
Poursuivre ses achats