CBG 1e?re e?tude- image a? la une comp

Que révèle la première étude scientifique s’intéressant aux effets thérapeutiques du CBG chez ses consommateurs ?

Le CBG  (ou cannabigérol) est LE cannabinoïde par excellence puisqu’il est le premier à se développer à l’intérieur de la plante de cannabis. Il est également très rare car disponible en très petite quantité dans ce qui est récolté, séché puis transformé. C’est également de lui que découlent le THC ou le CBD. Actuellement bien moins connu que ce dernier, il n’en est pas moins intéressant d’un point de vue thérapeutique. Qu’est-ce qu’il ressort de cette toute première étude d’impact menée auprès d’utilisateurs réguliers ?

Une première étude sur l’efficacité auto-déclarée du CBG, sans groupe témoin… 

Ethan Russo, est un éminent neurologue mais aussi l’un des plus grands connaisseurs du système endocannabinoïde. À l’époque, il travaillait en tant que conseillé pour la compagnie GW Pharmaceuticals concernant ses médicaments Sativex ou encore Epidiolex.

L’étude des effets du cannabinoïde mineur qu’est le CBG devrait désormais permettre de documenter son utilisation, l’efficacité perçue et les effets indésirables potentiels. Pour ce faire, le Docteur Russo, avec l’aide d’une équipe de chercheurs, a eu l’idée de réaliser un sondage sur internet, auquel 127 Américains atteint d’une pathologie ont du répondre. Les conditions requéraient que chacun d’entre eux ait consommé des produits à forte teneur en CBG au cours des six derniers mois. Cependant, on pourrait reprocher à la méthodologie d’être incomplète car il n’y a eu aucun groupe contrôle recevant un placébo, contrairement à la grande majorité des enquêtes scientifiques.

 

Des premiers retours assez encourageants pour approfondir les recherches ?  

Pourtant, les résultats semblent là malgré tout, puisque 73,9 % des participants interrogés souffrant de douleurs chroniques ont déclaré que les produits à base de CBG étaient plus efficaces que les médicaments traditionnels ; 80 % ont trouvé que le CBG leur permettait mieux de lutter contre la dépression ; 73 % contre l’insomnie et enfin, 78,3 % contre l’anxiété.

Au sujet des effets indésirables, 44 % des utilisateurs n’en ont ressenti aucun alors que 16,5 % ont relevé une sécheresse buccale, 15 % ont dit être victime de somnolence, 11,8 % ont observé une augmentation de l’appétit et 8,7 % ont noté une sécheresse oculaire. 

Si la stimulation de l’appétit peut être une bonne chose chez certaines personnes, en fonction de leur maladie, cela peut être gênant pour d’autres. Dans tous les cas, les résultats de l’enquête suggèrent largement que les traitements à base de CBG devraient faire l’objet d’études plus approfondies, dans le cadre d’essais contrôlés.

Produit ajouté à votre panier !
Quantité
Poursuivre ses achats
Mon Panier
Il y a 0 produits dans votre panier Il y a 1 produit dans votre panier
Total produits :